Dissidence On-Line

December 4th, 1998

In Malaysia, the political Opposition is seizing the Web to fight against official propaganda and make their voices heard. And the threat of censorship is not forgotten.

by Alain Leauthier, Special Malaysia correspondent

Every evening, on the first floor of a well-to-do house in a distant suburb of Kuala Lumpur, a man sits before his three computers and tells the rest of the world how Malaysia is not a free country. Ahmad is a lawyer, intellectual, a reader of grand Islamic texts (at his request, we have not revealed his real name). But after the arrest of his friend Ibrahim Anwar, the former Deputy Prime Minister and Minister of Finance, detained for supposed crimes of ‘corruption and sodomy’, Ahmad has also become an Internet dissident: he broadcast Anwar Online Original, the first “and probably more serious” of the sixty websites dedicated to the detainee.

Sacked, incarcerated, defamed

Anwar Ibrahim, 51, was the protégé and heir apparent of the strong man of the Federation of Malaysia, Prime Minister Mahathir Mohammad, 70 years old and for 17 years the head of state. But in the midst of the Asian financial crisis, he distanced himself from the ultra-nationalist and protectionist politics of his master. When this reasonably modernist liberal asserted his independence from the despot, the door were all firmly closed one after the other... television, radio .... and his partisans in Utusan, the country’s leading Malay newspaper, as well as TV3, a popular private network, were ‘turned around’.

On September 2, Anwar was brutally sacked. Some days later, police interrogated him at his home, in the presence of his wife and children, at exactly 9.00 pm at night. “A quarter of an hour later, I received an e-mail alert from a supporter present at the house, at the moment of his arrest” another website author recalled. The Internet would assure that the Anwar affair would have worldwide reverberations.

“There was no other choice - all of the media was against us, without exception,” Ahmad added. “Effectively, the moment he was set aside, the anti-Anwar offensive was mounted on all fronts. Usually very chaste, Malaysian newspapers suddenly used the crudest words describing alleged sexual depravities. His supporters were not really surprised.

“In the beginning, just before his arrest, I’d envisaged setting up the website with little politics but rather presenting Anwar as a family man, his tastes, his parents and, then, the urgency of the situation. I later added to the site a letter he’d written to Mahathir on the very same day he was sacked. It success was enormous - I didn’t expect so many responses. There weren’t any great graphics, but access became slow - people thought the government was blocking the site.”

The hits take off

In its early days, Anwar Online was based on a local server. “It was important - I wanted it to have a Malaysian web address. That evidently had political meaning. “ But the owner of the server feared governmental reprisals and demanded that Ahmad went elsewhere. It is now on Tripod - an American server that provides free websites to individuals, companies - and dissidents.

The site today has statements from Anwar, reports from the trial of the ex-deputy premier and provides a forum for free expression. The number of ‘hits’ took off: 1.5 million up to today. Another pro-Anwar site, Laman Reformasi, which appears to be the work of “resistance” journalists in Utusan, holds the record: more than 4 million hits, for the most part from Malaysia. “Of course, this does not compare with the millions of Internet users out there, but it is, all the same, a good indication of the impact of our work on the nation,” said Ahmad.

300,000 Internet users

The relative progress in Malaysia of this new technology greatly facilitated this strategy of getting round the traditional media. For a population of only 20 million inhabitants, the country already has 300,000 people connected to the Internet. Ironically, it was Mahathir who has encouraged this movement with his launching of the Multimedia Super Corridor (MSC), a project supposed to bring new growth to the country. It aims to attract foreign businesses into an immense zone situated outside of Kuala Lumpur dedicated entirely to information technology. Mahathir has made a solemn pledge in the founding charter of the MSC: there would be no restrictions whatsoever in the utilisation of the Net. “Consequently, it would be a little difficult for them to practice open censorship of web sites,” explained Anwar supporters.

Censorship police

As a matter of fact, the authorities have reacted rather belatedly and with a certain confusion. In mid-September, weeks after his sacking, Anwar was still honoured in the official website of the Prime Minister. The Ministry of Energy, Telecommunications and Posts has assured and promised publicly that there would be no censorship of Opposition sites. But Mahathir has ordered the creation of a special unit of police charged with the surveillance of information disseminated over the Net. At the same time, four people were investigated and accused of propagating false information over the Internet concerning riots in a Kuala Lumpur street on August 7.

“We are not in a democratic country.......” say the creators of several Anwar websites, who prefer to hide their identities and contacts. “We don’t know who the others are and we don’t need to,” assured Ahmad.

A former journalist, Sabri Zain, is of the opposite opinion and posts his material on his two sites, one in English and one in Malay. “I am not an unconditional follower of Anwar, but just a simple citizen who is scandalised by the injustices heaped on that man. Imagine what can happen to the ordinary individual if the machinery can crush a person like a Deputy Premier like that?” For him, the final straw was the September 20th pro-Anwar demonstration at the National Mosque and Independence Square, the historical and political heart of Kuala Lumpur. “I saw tens of thousands of people there that day. The media reported only 5,000. Later, there was a demonstration by women. A paper said that they were prostitutes.”

Zain is not worried (by reprisals). “Why should I be afraid? I have done nothing illegal, I have not called on people to join demonstrations - I just relate what I see. I do not peddle rumours.”

In any case, the success of the pro-Anwar sites cannot be denied. Sabri Zain highlights their leading role: “It’s very simple: without the Internet, there probably would not be a Reformasi movement. Our pages are printed, photocopied in the thousands and distributed, everywhere.”

Maximum reaction

The Net cannot replace work on the ground and grassroots action. It counters and, particularly, provides a speedy reaction to biased official propaganda. At the recent APEC Summit in Kuala Lumpur, American vice-president Al Gore expressed open sympathy for the supporters of reform and paid tribute to the “brave people of Malaysia”. There was immediately a mad scramble in the press with column writers and letters from (imaginary?) citizens expressing indignation at American meddling. Pro-Anwar sites eagerly disseminated Al Gore’s declaration. The photocopiers printed without respite. And there will be few people in Malaysia who don’t know that a powerful partner approves of Reformasi....

Dissidences en ligne

En Malaisie, les opposants politiques se saisissent du Web pour lutter contre la propagande officielle et faire entendre leur voix à l'étranger. Mais la censure ne les oublie pas.

Par Alain Léauthier, Malaisie envoyé spécial

Tous les soirs, au premier étage d'une maison cossue d'une lointaine banlieue de Kuala Lumpur (Malaisie), un homme s'installe devant ses trois ordinateurs et dit au reste du monde que la Malaisie n'est pas un pays libre. Ahmad (A sa demande, nous n'avons pas donné le véritable nom du créateur d'Anwar Online. est avocat, intellectuel, lecteur des grands textes de l'islam. Mais depuis l'arrestation, le 4 septembre, de son ami Ibrahim Anwar, l'ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances, incarcéré pour de supposés crimes de «corruption et sodomie» (lire Libération du 23 novembre), il s'est aussi fait internaute dissident: il diffuse Anwar Online Original, le premier "et probablement le plus sérieux" de la soixantaine de sites consacrés au détenu.

Limogé, incarcéré, diffamé. Jusqu'au printemps dernier, Ibrahim Anwar, 51 ans, passait pour le protégé et le dauphin désigné de l'homme fort de la Fédération malaisienne, le Premier ministre Mahatir Mohammad, 70 ans dont dix-sept années à la tête du pays. Mais en pleine crise financière asiatique, l'élève a eu l'outrecuidance de prendre ses distances avec la politique ultranationaliste et protectionniste du vieux maître. Du jour où ce libéral raisonnablement moderniste a manifesté son indépendance à l'égard du despote, les portes se sont fermées les unes après les autres: télés, radios... Et certains de ses partisans en poste à Utusan, le premier quotidien en langue malaise du pays, ou à TV3, une chaîne privée très écoutée ont été virés.

Le 2 septembre, Ibrahim Anwar est brutalement limogé. Deux jours plus tard, la police l'interpelle sans ménagement à son domicile, en présence de sa femme et de ses enfants, à 21 heures très exactement. «Un quart d'heure plus tard, j'étais alerté par un e-mail d'un sympathisant présent dans la maison au moment de l'arrestation», raconte l'auteur d'un autre site. Le ton de l'affaire Anwar est donné: l'Internet va lui assurer un retentissement planétaire.

«Ce fut un choix par défaut, la totalité des médias étaient contre nous, sans exception», poursuit Ahmad. Effectivement, dès sa mise à l'écart, l'offensive anti-Anwar se déploie tous azimuts. D'ordinaire très pudiques, les quotidiens malaisiens n'ont soudainement plus de mots assez crus pour décrire ses prétendues turpitudes sexuelles. Ses partisans ne sont pas vraiment surpris mais ne trouvent pas tout de suite la parade.

«Au début, avant son arrestation, on avait envisagé de faire un site très peu politique et plutôt familial présentant la personnalité d'Ibrahim, ses goûts, ses parents et puis, dans l'urgence de la situation, j'ai balancé sur le site encore en construction la lettre écrite à Mahatir le jour même où Ibrahim a été limogé. Le succès a été énorme. On ne s'attendait pas à autant de réponses. Comme j'avais ajouté pas mal de graphiques, c'était assez lent. Les gens ont cru que le gouvernement bloquait l'accès.»

L'envol des connexions. Dans les premiers temps, Anwar Online est hébergé sur un serveur local. «C'était important, on voulait une adresse web en Malaisie (c'est-à-dire comportant .my, ndlr), cela avait un sens politique évidemment.» Mais le patron de l'entreprise invoque d'éventuelles représailles gouvernementales et demande à Ahmad de sévir ailleurs. Ce sera sur Tripod, un serveur américain qui héberge gratuitement sites dissidents et commerciaux.

Ce site propose aujourd'hui des dizaines de textes et déclarations d'Anwar, des comptes-rendus du procès du vice-Premier ministre (qui a commencé le 2 novembre et doit s'achever dans quelques jours) et des tribunes de libre expression. Le nombre de connexions s'envole: 1,5 million à ce jour. Un autre site pro-Anwar, Laman Reformasi, animé semble-t-il par des journalistes «résistants» du quotidien Utusan détient le record: plus de 4 millions de connexions, pour l'essentiel à partir de la Malaisie. «Bien sûr, ça ne correspond pas à des millions d'internautes mais c'est tout de même une bonne indication de l'impact de notre action dans la nation», estime Ahmad.

300 000 internautes. La relative avancée de la Malaisie dans le secteur des nouvelles technologies a grandement facilité cette stratégie de contournement des médias traditionnels. Pour une population de 20 millions d'habitants, le pays compte déjà près de 300 000 abonnés à l'Internet. Ironiquement, c'est Mahatir lui-même qui a encouragé le mouvement en lançant le Multimedia Supercorridor (MSC), un projet censé apporter une nouvelle croissance au pays. A coups d'avantages fiscaux, il s'agit d'attirer les entreprises étrangères sur une immense zone, située cinquante kilomètres de Kuala Lumpur et entièrement vouée aux technologies de l'information. Mahatir a fait une promesse solennelle dans la charte fondatrice du MSC: il n'y aura aucune restriction dans l'utilisation du Net. «Du coup, c'était un peu difficile pour eux de se lancer dans une censure ouverte des sites», expliquent les amis d'Anwar.

Censure policière. En fait, le pouvoir réagit tardivement et dans une certaine confusion. A la mi-septembre, alors qu'il est banni depuis déjà deux semaines, Anwar a encore les honneurs du site officiel du Premier ministre. Le ministre de l'Energie, des Télécommunications et de la Poste se veut rassurant et promet publiquement de ne pas censurer les sites des opposants. Mais Mahatir ordonne la création d'une unité spéciale de la police chargée de surveiller les infos diffusées sur le Net. A la même époque, quatre jeunes cadres sont interpellés sur leur lieu de travail, accusés d'avoir propagé de fausses informations sur l'Internet concernant d'hypothétiques bagarres de rue à Kuala, le 7 août (lire page 25).

«Nous ne sommes pas dans un pays démocratique, tout peut arriver», affirment les animateurs de plusieurs sites qui préfèrent taire leurs identités et leurs coordonnées. «Nous ne savons pas qui sont les autres et ne cherchons pas à le savoir», assure Ahmad.

Un ancien journaliste, Sabri Zain, a pris un parti inverse et s'affiche au grand jour sur ses deux sites, l'un en malais, l'autre en anglais. «Je ne suis pas un inconditionnel d'Anwar mais un simple citoyen scandalisé par l'injustice faite à cet homme. Imaginez ce qu'il peut advenir du quidam ordinaire quand le vice-Premier ministre en personne se retrouve broyé par une telle machine.» Pour lui, le déclic s'est produit le 24 septembre lors d'un défilé pro-Anwar organisé entre la grande mosquée et le Merdeka Square (la place de la Liberté), le cœur historique et politique de Kuala Lumpur. «Il y avait plusieurs dizaines de milliers de personnes. Les médias en ont recensé 5 000. Il y a eu aussi une manifestation de femmes. Dans les journaux, on disait qu'il s'agissait de prostituées.» A ce jour, Zain n'a pas eu d'ennui. «Que peuvent-ils me reprocher? Je ne fais rien d'illégal, je n'appelle pas aux manifestations, j'y vais et je les relate. Je ne colporte pas de rumeurs.»

En tout cas, le succès des sites pro-Anwar ne se dément pas. Sabri Zain leur attribue un rôle capital: «C'est bien simple: sans l'Internet, il n'y aurait pas eu le mouvement de la Reformasi (la Réforme) (2). Nos textes sont imprimés, photocopiés à des milliers d'exemplaires et distribués, un peu partout.»

Réactivité maximum. Le Net ne remplace pas le travail de terrain et l'action militante. Il la renforce et offre surtout une rapidité de réaction inégalée à la propagande officielle. Ainsi, lors du récent sommet Asie-Pacifique à Kuala, le vice-Président américain Al Gore affiche ouvertement sa sympathie pour les partisans des réformes et félicite «le courageux peuple malaisien». Curée dans la presse qui ouvre aussitôt ses colonnes à des dizaines de lettres (imaginaires?) de citoyens indignés par l'ingérence américaine. Les sites pro-Anwar s'empressent eux de diffuser la déclaration de Gore. Les ronéos tournent sans relâche. Et peu de gens ignorent aujourd'hui en Malaisie que le puissant partenaire approuve la Reformasi....

Back to Diary